Accueil Lire Ado Bd ado-adulte printemps 2020

Bd ado-adulte printemps 2020

In waves par Aj Dungo

Surf / Deuil / Roman grahique

Avec beaucoup de finesse et de pudeur, AJ Dungo, immortalise les instants de grâce de sa relation avec Kristen. La légèreté et l’émotion des premières rencontres, la violence du combat contre la maladie, la noblesse de la jeune femme qui se bat avec calme. Il évoque en parallèle leur passion commune pour le surf, l’océan. Et évite très justement l’écueil du pathos en intercalant dans son récit personnel, un petit précis d’histoire du surf.
Une histoire touchante racontée comme une confidence, avec ce dessin et ces deux couleurs qui nous enveloppent à la manière d’une vague, nous portent, nous happent, sans pour autant nous noyer. Aj Dungo a tenu sa promesse, partageant son histoire avec Kristen en plus de sa passion pour le surf, la tête hors de l’eau, se rappelant le parfum de la fleur de poirier.

 

bdadoadulte printemps 2020

 

Jusqu’au dernier par Félix et Gastine

Western

Une histoire humaine ayant pour fond l’époque des derniers cow-boys. En effet, bientôt les trains remplaceront ces hommes qui menaient les troupeaux d’un coin de pays à l’autre. Et dans ce monde en transition, l’homme devient un loup pour l’homme, au profit du gain et de respectabilité. L’auteur Jérôme Félix traite de la différence, l’amitié, la ségrégation, la peur de l’autre aussi et la soif de vengeance à une époque où les droits de chacun sont dictés à coup de pétoire. Le dessin de Gastine est très réaliste, impeccable, des paysages magnifiques contrastant avec la violence et la cruauté des hommes.

 

Le Loup par Rochette

Aventure / Montagne

Au massif des Écrins, Gaspard, un berger taciturne au caractère bien trempé, vit dans une quasi solitude sous le poids du deuil de son fils et de la santé mentale défaillante de sa femme. Une nuit, il voit son troupeau de brebis massacré par une louve. Il l’abat, et fait ainsi un orphelin, un louveteau avec qui il va entrer en confrontation, aux confins de la folie, du désespoir, et où pointera dans un ultime duel la promesse d’un renouveau.
D’un côté le loup, trouvant sa place dans ces montagnes, protégé par les gardiens des parcs naturels et les écologistes, de l’autre, le berger, aigri et revanchard face au loup qui décime son troupeau. Un affrontement de longue haleine, dramatique, face à l’adversité de la nature, et qui résonne comme une fable, nous rappelant ce qui fait de nous des êtres vivants.

 

 

Le vagabond des étoiles par Riff Reb’s

Adaptation littéraire / Prisons

Bientôt, la justice de mon pays va mettre fin à ma vie, enfin à celle de Darrell Standing. Mais ils ne me prendront rien, je suis la vie, j’ai vécu dix mille générations. Je suis l’étincelle allumée qui brille sans cesse et défie le temps. Je suis le vagabond des étoiles.
Paru en 1915, ce titre adapté du dernier roman de Jack London est une vive critique de l’univers carcéral américain. Le prisonnier trouve le moyen de s’extraire du joug de ses geôliers grâce à son imaginaire et la puissance de suggestion de son esprit. Cette fenêtre ouverte sur différentes époques, avec différents personnages est du pain béni pour Riff Reb’s qui se fait plaisir et nous fait plaisir avec une illustration et une colorisation de toute beauté, du grand art, vivement la suite !

 

Dans la tête de Sherlock Holmes t1 par Lieron et Dahan

Policier / Londres

Dans les écrits de Conan Doyle, Watson n’a pu dépeindre que la face émergée de Sherlock Holmes… Mais dans cette enquête inédite, nous pénétrons visuellement le mental du détective, le long du fil de son raisonnement, et à travers l’architecture de son monde interdit !
Dès la couverture, le ton est donné, l’illustration est à l’image du héros et décortique ses mécanismes de pensées. Lieron nous offre la possibilité au travers de cette enquête de découvrir les recoins de ce cerveau pragmatique, c’est fin, astucieux, digne du génie londonien.

 

 

Les indes fourbes par Ayroles et Guarnido

Aventure / Humour

Fripouille peu recommandable mais hautement sympathique, don Pablos de Ségovie nous livre le récit de ses aventures picaresques dans l’Espagne du Siècle d’or, et dans cette Amérique qu’on appelait encore les Indes. Tour à tour misérable et richissime, adoré et conspué, ses tribulations le mèneront des bas-fonds aux palais, des pics de la Cordillère aux méandres de l’Amazone, jusqu’à ce lieu mythique où se cristallisent tous les rêves du Nouveau Monde : l’Eldorado !
En voilà une véritable pépite, c’est du grand art tant pour le scénario que pour le dessin. Les auteurs se sont fait plaisir et nous font plaisir avec cette truculente histoire d’escroqueries sur fond d’expédition. Scapin peut aller se rhabiller !

 

 

Le château des animaux tome1 Miss Bengalore par Dorison et Delep

Animalier / Conte / adaptation littéraire

 

Dans le château des animaux, dirigé par le taureau Silvio, les animaux s’épuisent au travail. C’est notamment le cas de la chatte Miss Bengalore et du lapin César, incapables de lutter contre l’injustice. C’est alors qu’arrive Azélar, un rat itinérant, qui leur apprend les préceptes de la désobéissance civile.
Dorison et Delep nous proposent une revisite du titre de George Orwell « La ferme des animaux » publié en 1945. Une belle mise en bouche, joliment illustrée, avec rythme et émotion, hâte de lire la suite !


 

Faut pas prendre les cons pour des gens par Reuzé

Humour / absurde / chronique sociale

Peut-on remplacer les enseignants par des distributeurs de diplômes ? Faut-il expulser du territoire son bébé ne parlant pas français quand on est patriote et républicain ? Doit-on incarcérer de futurs criminels pour éviter qu’ils ne commettent de futurs crimes sur de futures victimes ? Retrouvez toutes les réponses à ces questions dans cet un album d’humour absurde sur la bêtise ordinaire.
Attention, voici une bd à ne pas mettre entre toutes les mains, humour absurde oblige ! Et oui, à la manière de Fabcaro, Emmanuel Reuzé nous fait basculer dans un monde où le risible côtoie le 2nd degré, c’est incisif, pertinent, drôle, à condition de ne pas prendre les cons pour des gens !

 

#Nouveaucontact_ par Duhamel

Humour / Réseaux sociaux

Doug vit retranché à Castle Loch. Ancien photographe, il ne montre plus aucun cliché au public. Pourtant, quand au bord du lac, il shoote une créature étrange, il partage le cliché sur le réseau social Twister. Avec ce geste anodin à notre époque de réseaux sociaux omniprésents, il déclenche pourtant des événements qu’aucun n’est prêt à supporter. Le petit morceau de paradis qu’est Castle Loch devient un enfer alors que des légions de journalistes, d’écologistes zélés, de suspicieux ou de simples curieux débarquent pour tenter d’apercevoir la créature.
Une bande dessinée ancrée dans son temps et dénonçant les travers des réseaux sociaux, car s’ils nous rapprochent, ils nous divisent aussi, et Duhamel l’a bien compris, osant la surenchère dans ce titre incisif.

 

Chaplin en Amérique par Seksik et François

Biographie / Cinéma

Salut l’Amérique ! Je suis venu te conquérir ! Il n’est pas une femme, un homme, un enfant, qui n’aura pas mon nom aux lèvres ! Charles Spencer Chaplin ! Laurent Seksik et David François explorent la vie tumultueuse de l’un des plus grands artistes de tous les temps dans un triptyque intimiste et flamboyant !
On apprend beaucoup sur cet homme atypique, aux allures de clown, mais avec la tête sur les épaules, l’air déterminé, sûr de son destin. Le dessin tout en mouvement, sert au mieux le personnage burlesque, avec un cadrage et une mise en page soignés, malgré la ressemblance entre certains visages, gageons que l’illustrateur pourra corriger ce petit bémol au travers des 2 prochains tomes.

 

Anjela par Christelle Le Guen

Anjela Duval / Bretagne

C’est l’histoire d’une femme née en 1905, qui chaque jour travaille ses champs, sa terre, sa bretagne, chaque jour, travaille ses mots, sa poésie « Mes vers, je les écris avec le soc de la charrue dans la chair vivante de ma bretagne, sillon après sillon, j’y dissimule des graines d’or ». Sous l’impulsion de l’association Mignoned Anjela (Les amis d’Anjela), qui a pour vocation de sauvegarder, diffuser et faire connaitre l’œuvre de la poétesse bretonne Anjela Duval, Christelle Le Guen donne vie à la paysanne qui travailla tous les jours de sa vie dans sa petite ferme de Traoñ-an-dour, et commença à écrire à 55 ans. Un hommage précieux et tendre pour un roman graphique bilingue, édité tête-bêche, un côté français, un côté breton, reprenant les mots d’Anjela : « Le plus important ? être libre ! le pain bien gagné craque mieux sous la dent ».